924 turbomaroc


J’ai déjà la tête dans le Maroc.

924 turboFormidable de changer d’heure au moment où j’anime un stage chez Drive Control et avec Christian Domergue dont l’objet, la finalité, le projet c’est le Rallye du Maroc 2015. C’est ce que certains appellent anticiper et ce que je qualifierais « s’éclater » à vrai dire. Christophe rentre comme moi du Tour de Corse ou il termine 21ième au volant de sa sublime 914/6 GT et me fait confiance pour l’aider à préparer son Maroc, cette fois au volant d’une 924  turbo. Des voitures originales et tout autant intéressantes. Accompagné de Manuel qui sera son copilote et avec lequel il échangera le volant durant l’épreuve. Ils ne savent pas encore vraiment à quelle fréquence mais ils en partageront le volant. Leur approche est très sérieuse, au sens positif du terme. Nous sommes pour certains 1 an avant et pour d’autres à quelques mois du départ. Première étape, trouver l’auto, lancer la préparation. C’est fait! Ensuite vient la préparation de l’équipage et c’est là que j’interviens. Avec mon projet Porsche sur terre, mes stages Porsche sur terre, les assistances en VHC, je commence à accumuler une certaine expérience et surtout une inspiration. Cela fait plusieurs mois que j’ai envie de produire un stage où j’associe ce que je considère comme un trésor, la pédagogie de Drive Control, et un contenu spécifique et technique.924 turbo de dos Les 3 heures de route en allant au circuit ont suffit pour que tout se mette en place au volant de la 911 2.7 que je ramenais à l’école après plusieurs travaux d’entretien. C’était clair, j’allais le deuxième jour enrichir mon approche en coaching. Jusque là je restais dans le programme, dans les traces. Je pense que je n’osais pas proposer des ateliers spécifiques. Tout simplement parce que je n’avais pas atteint ce seuil à partir duquel mon cerveau bascule de la réflexion à la solution. Il fallait que je vois plus de choses, que je sente le truc. Du coup, au matin du deuxième jour de stage, me voilà parti pour monter des exercices. Ces ateliers que je voulais techniques. Avec motricité délicate, sous virage à contrer, serré pour imiter le vertiges de certains précipices Marocains, soliciter la patience, la précision mais aussi faire travailler les épingles, le frein à main, l’appel contre appel… Alors j’ai pondu un tracé réversible d’une trentaine de secondes. Mon premier plaisir fut de voir qu’il tournait bien immédiatement. C’est à dire que son paramétrage était correct. L’aire de demi-tour au frein à main à la bonne distance du départ, de la réussite à la pratique mais aussi des difficultés surmontables. Bref, un bon exercice. Les stagiaires satisfaits je monte son symétrique et complément.  Là aussi ça tourne bien. A un moment Manuel bloque. Je bascule en embarqué et le débloque. Grosse satisfaction pour moi de parvenir à le guider dans un parcours que j’ai construit sans l’essayer et de parvenir à le faire réussir immédiatement. Bref, j’étais chaud.  Ensuite l’après midi on retourne en tour complet. Nous cohabitons avec un groupe super sympa, la famille d’un bon spécialiste mini de Nîmes. Entre chacune de leurs séries, la 924 turbo s’élance. Je fais travailler l’équipage ensemble. A tour de rôle. 1 tour de reco, 1 tour lancé, 1 tour chrono. Pour une fois, je fais du monitorat extérieur. Ce qui n’est pas ma philosophie du job mais qui pour le coup est adapté. Cela permet de se focaliser sur la variation de parcours mis en place, d’évaluer ce qui se passe et laisser l’équipage se transformer en binôme.924 turbo équipage N’oublions pas que l’on prépare ensemble une course en équipe. La journée s’achève avec des tours d’application que nous voulons impeccables et groupés en chrono, 3 tours.Et surtout pas la partie de glisse de la veille au soir. Ce sera réussi avec deux très belles séries. nous nous quittons ravis après avoir fait le point sur ce que nous prévoyons de travailler ensemble ensuite. Ce sera préparer le rapide, c’est à dire se préparer à piloter dans des secteurs où la vitesse sera élevée. Pour cela nous avons un plan simple, repasser en pneus de route dans les secteurs les plus rapides de la piste et dans des trajectoires tendues.

Interdit d’éternuer dans l’auto à ce moment là comme dit Christian…

Voilà donc un bloc de mots et de caractère. Félicitation à celui ou celle qui l’aura lu en entier. Certaines perles sont dans des coquillages à la coque épaisse…

Au fait, la 924 turbo sur la terre et en pneu terre c’est tout simplement un outil. A l’image de l’efficacité de notre 944 sur la terre, il est très facile de rouler vite et propre à son volant. J’ai vraiment, rarement observé cela sur la terre. Cette auto, comme sa descendante a un châssis absolument merveilleux. Son manque de puissance sur asphalte ne se ressent plus sur faible adhérence et devient même un atout. Qualité que je suis impatient de voir s’affirmer au fur et à mesure de sa préparation jusqu’à l’accompagner en assistance rapide au Maroc 2015.

Merci et comme je dis décidément très souvent, vivement la suite!

Place à l’image animée et à la musique qui va bien. Rendez vous sur youtube. Une surprise vous y attend…surprise surprise

 

 



A propos de Julien GUYOT

Moniteur de Pilotage et organisateur de stage, terre et asphalte. Formé chez Drive Control. Je travaille aujourd'hui à 80% sur la terre et 20% sur l'asphalte.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *