Maroc 2015 : Le Fantastic


Hier soir nous avons quitté le port de Séte à destination de Tanger où nous devons arriver vendredi matin. Le bateau c’est le Fantastic, c’est un peu le vieux beau du bateau de croisière. Il a du être étincelant mais c’est du passé. L’avantage c’est qu’il est confortable. Ce qui est choquant c’est les prix pratiqués à bord. Il doit y avoir un type qui gagne des primes pour monter petit à petit les prix comme Boubka montait la barre en saut à la perche. Tant que ça passe, on augmente. Et en plus c’est vraiment mais alors vraiment pas bon. Viande dure, frites froides. On retrouve des Philippins qui bossent en cuisine, en salle et un équipage Italien réduit aux caisses. Drôle de monde. Pour justifier leur salaire, hier, un était en caisse et deux le regardaient encaisser. A chaque encaissement ils faisaient le point. Sidérant. Nous on priait pour qu’ils soient plus efficace, nos frites refroidissaient….

On s’est endormi rapidement. Ce matin on s’est réveillé tôt, comme d’habitude. Maugréant, chacun a alors tenté de se rendormir. J’y suis mieux arrivé qu’Eric. Je me concentrais sur le fait que je pouvais ne pas bouger, sentir le temps qui passe sans devoir me lever, me presser, m’activer. Cesser d’être dans la recherche d’efficacité c’est plaisant de temps en temps.  Surtout maintenant, la veille du début de notre course apres 15 jours à fond sur la préparation.

Ah oui, astuce si d’aventure vous traversiez  : quand vous embarquez avec un véhicule, prévoir un petit sac pour qu’une fois garé dans la cale, il soit possible de rejoindre sa cabine sans traîner un sac prévu pour 14 jours. J’avais oublié, alors j’ai fait le miens sur la remorque…

Comme je savoure ce temps mort. La douche est chaude, la climatisation efficace, la mer d’huile, la couchette un poil ferme. Franchement, je suis content de ne pas rejoindre le départ en avion. Cette traversée fait vraiment partie de ce que l’on vit quand on va faire un Rallye au Maroc.

Incontournable.
Temps mort. Formalités douanières préparées en passant l’étape prévue à bord. Passeport tamponne. Liste des pièces pour passage en douane remis. On va déjeuner. C’est moins mauvais ce midi. Ensuite une calme après midi nous tend les bras.  Je me remet alors sur la logistique. Je valide mon plan d’assistance en demandant à mon collègue de le regarder. Pas de pb, on dirait bien que je commence à savoir faire cela. En gros, on va le chopper à chaque sortie d’ES. En complement on le ravitaillera à certains regroupements. A deux véhicules c’est possible. Ensuite, j’ai simulé une version de mon calcul avec une consommation plus importante, de l’ordre de 35 litres au 100. Pour finir, j’ai recopié l’ensemble de nos listes de pieces et fournitures d’assistance bien au propre dans mon Mac. Histoire de réinventer de moins en moins la roue avant chaque Rallye.

Ouf. Maintenant je peux me reposer.

Il est 16h.

Nous accostons demain, 10h.

 Repos repos repos

Travail travail travail

Deux vieux jouent au Sudoku avec entrain. J’adore.

Débarquement…


A propos de Julien GUYOT

Moniteur de Pilotage et organisateur de stage, terre et asphalte. Formé chez Drive Control. Je travaille aujourd'hui à 80% sur la terre et 20% sur l'asphalte.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *